Cosmétiques toxiques : fuyez ces 10 ingrédients dangereux pour votre santé

 In Prendre soin de sa peau

Parabènes, silicones… vous en avez sûrement entendu parler. Mais qu’en est-il du triclosan ou du DEA ? Là vous séchez, et c’est normal à moins d’être très renseignée ou docteure en chimie.

Les substances dans les cosmétiques sont-elles encadrées ?

Bon le titre ne rassure pas, mais ne vous affolez pas. Qui dit commercialisé, dit safe non ? Alors, oui et non. En France, les cosmétiques sont encadrés et heureusement. Qu’allez-vous risquer en vous appliquant une crème hydratante tous les matins ? Pas grand-chose. Mais on n’entend jamais parler du fameux “effet cocktail”… shampoings, dentifrices, savons pour les mains et j’en passe. Là, c’est une autre histoire, utiliser 365 jours par an des dizaines de produits toxiques pour notre santé, cela fait (très) peur.

Les cosmétiques classiques en raffolent mais pas votre peau !

66% des cosmétiques contiennent des substances indésirables. Voilà la conclusion effrayante d’une étude de 60 millions de consommateurs. Et ce n’est pas fini.

Connaissez-vous l’UFC Que Choisir ? Selon cette association, ⅓ des produits sont dangereux. Vous en voulez encore ? On va s’arrêter là… au risque de jeter illico presto tous nos cosmétiques à la poubelle. Attendez, vous n’avez encore rien vu.

Mais pourquoi les utilisent-ils, les fabricants nous veulent du mal ? Non, ils n’ont aucun intérêt à le faire. Pourquoi s’embêter à reformuler leurs produits, modifier les emballages alors que ces molécules problématiques restent autorisées ? Très compliqué et coûteux, ils continueront à le faire, vous imaginez bien. Heureusement, on n’a pas le couteau sous la gorge. Comptons sur nous-mêmes, ce n’est pas compliqué de les éviter.

Allez, découvrons ces 10 ingrédients à bannir de notre salle de bain (ou de notre chambre).  À la fin de cet article, vous serez équipés d’un détecteur anti-cosmétiques toxiques qui s’allumera rouge vif à leur vue !

Les cosmétiques classiques en raffolent mais pas votre peau !

10 poisons qui se cachent dans vos cosmétiques toxiques

1) Parabènes

Comment les démasquer ? C’est simple, dès que vous voyez “paraben” caché dans un mot à rallonge, alerte cosmétiques toxiques ! Propylparaben, butylparaben, isobutylparaben, methylparaben, ethylparaben, avec un peu de concentration, impossible de les rater.

Utilisés pour éviter la prolifération de bactéries et champignons, on les soupçonne de dérégler le système endocrinien et de causer des cancers, notamment du sein. 

Mais méfiez-vous… gardez un œil critique sur la mention “sans parabens”. Véritable argument marketing, des marques peu scrupuleuses les remplacent par des substances encore plus nocives !

2) BHA et BHT

Là aussi, inutile de sortir la loupe de Sherlock. Vous les reconnaîtrez sous l’appellation butylhydroxyanisole (BHA) et butylhydroxytoluène (BHT). Agent de conservation dans les crèmes hydratantes et maquillages, ces substances sont des perturbateurs endocriniens en puissance. Et franchement, les risques font froid dans le dos.

Infertilité, voire stérilité, apparition de cancers hormono dépendants (seins, testicules, ovaires, prostate), obésité et diabète… c’est cauchemardesque.

BHA et BHT

3) DEA et ses dérivés

La diéthanolamine ou (DEA) produit des nitrosamines au contact des nitrites : substances chimiques extrêmement dangereuses. C’est aussi le cas de ses dérivés : monoéthanolamine ou éthanolamine (MEA) et le triéthanolamine (TEA).

“Mousser les produits et rendre les textures plus agréables et sensorielles”, vous ne rêvez pas, ce sont les raisons de leurs utilisations. Mais on peut complètement s’en passer ! Pourquoi mettre notre santé en danger pour quelque chose d’aussi inutile ?

Affolant… des millions de personnes les utilisent sans le savoir et risquent potentiellement un cancer du foie, de la peau ou de la thyroïde.

Bannissez de toute urgence ce trio maléfique de vos cosmétiques.

4) Sulfates

Sodium Lauryl Sulfate, Sodium Laureth Sulfate et Ammonium Lauryl Sulfate, 3 appellations à retenir ou à noter, rien de bien compliqué.

Vous voyez la belle mousse onctueuse qui se forme quand vous frottez frénétiquement votre chevelure ? On l’obtient grâce aux sulfates. Mais encore une fois, méfiez-vous des apparences.

Fort détergent, il agresse sans vergogne votre cuir chevelu : sécheresse, réactions allergiques, voire une perte… sans oublier ces satanées pellicules dues à la surproduction de sébum et son lot de boutons et points noirs !

Côté santé, ce n’est pas rassurant. Des études en cours démontrent un endommagement du foie à long terme.

Très difficile de les éviter, car bon marché, utilisez-les avec parcimonie. Et reposez le produit si le taux de concentration dépasse 0,5%.

Sulfates

5) Silicone

Les silicones se camouflent bien mieux que ses camarades, alors soyez attentifs.

Vous apercevez le suffixe -one ou -ane ? Dimethicone, Hexamethyldisiloxane… prenez vos jambes à votre cou.

Shampoings, crèmes, fonds de teint… bref, on les retrouve partout, aussi bien dans les cosmétiques basiques de supermarché que dans les soins de luxe.

Lisseuses de grain, elles étouffent notre peau en l’empêchant de respirer. Très irritantes, on les accuse en plus d’être des perturbateurs endocriniens. Ce n’est pas joli tout ça ! Le toucher soyeux, on s’en passera hein.

6) Sel d’aluminium

Comment les reconnaître ? Aluminium chlorohydrate, aluminium zirconium, tetrachlorohydrex GLY.

Très décriés, on les suspecte de jouer un rôle dans le développement du cancer du sein et l’apparition de maladies neurologiques (Parkinson ou Alzheimer).

Impossible de les éliminer, ils s’incrustent fatalement dans nos organes et tissus. Présents majoritairement dans les déo (sprays ou sticks), préférez ceux au bicarbonate de soude !

7) Pétrolatum

On dirait du latin non ? Cette gelée de pétrole, mmm très glamour, se cache aussi sous les noms de : Petroleum jelly, soft paraffin et vaseline. 

On l’utilise dans les baumes et rouges à lèvres, soins hydratants et raviveur d’éclats pour les cheveux. Ce dérivé de pétrole contaminé contient des substances cancérigènes reconnus.

Faites très attention aux cosmétiques toxiques que vous achetez !

Pétrolatum

8) Triclosan

Moins vicieux que les autres, le triclosan ne se cache pas sous d’autres appellations ! Ouf, c’est rassurant, pas besoin d’éplucher les ingrédients.

Mais, malheureusement, on l’incrimine de nombreux maux :  perturbateur endocrinien en plus de former des résidus cancérigènes.

Pour les cosmétiques qui restent sur la peau, tels que les crèmes hydratantes, il est interdit par la  Commission européenne depuis peu. Merveilleux, n’est-ce pas ? Et pour les autres produits alors ? Le triclosan continue à grouiller dans les dentifrices, eaux buccales, savons pour le corps, déodorants à billes, poudres pour le visage, rien que ça…

9) Nano-particules

Lorgnez bien la liste INCI, pour les détecter. Vous apercevez un tout petit [nano] ? Fuyez ce cosmétique toxique. À quoi ça sert au juste ? Rendre votre dentifrice plus blanc, votre fard à paupières plus nacré, votre fond de teint plus lissant, bref ça ne sert pas à grand-chose.

Très toxiques, ils pénètrent notre organisme et évincent  toutes nos barrières de défenses. Des vrais guerriers, ces nanos… ils finissent par atteindre nos cellules via le sang et là, c’est trop tard, impossible de les éliminer.

Conséquences ? Affaiblissement du système immunitaire et vieillissement prématuré de nos cellules.

Heureusement, depuis 2013, les fabricants doivent  indiquer leur présence sur les étiquettes. On sauterait presque de joie… de nombreux tests démontrent que cette obligation n’est pas tout le temps respectée.

Nano-particules

10) Le phénoxyéthanol

Retenez ces trois appellations : Phénoxyéthanol, EGPhE, Phénoxytol. Très nocif pour le foie et le sang, on l’accuse d’être cancérigène et de faire dysfonctionner notre système hormonal, provoquant de l’infertilité.

Attention aux allergies : eczéma et urticaire.

Ah oui, les parents, vérifiez les lingettes, le seuil de tolérance est très bas chez les enfants.

Petit rappel des substances toxiques dans les cosmétiques à fuir

Pour vous faciliter la tâche, voilà un petit récapitulatif avec les différentes appellations :

  1. Propylparaben, butylparaben, isobutylparaben, methylparaben, ethylparaben
  2.  Butylhydroxyanisole (BHA), butylhydroxytoluène (BHT).
  3. Diéthanolamine (DEA), monoéthanolamine ou éthanolamine (MEA), triéthanolamine (TEA)
  4. Sodium Lauryl Sulfate, Sodium Laureth Sulfate et Ammonium Lauryl Sulfate
  5.  Suffixe -one ou -ane comme Dimethicone, Hexamethyldisiloxane
  6.  Aluminium chlorohydrate, aluminium zirconium, tetrachlorohydrex GLY.
  7. Petroleum jelly, soft paraffin et vaseline.
  8. Triclosan
  9. [nano]
  10. Phénoxyéthanol, EGPhE, Phénoxytol.

N’oubliez pas cette liste quand vous faites vos achats. Et dernier conseil, UFC Que Choisir analyse pour vous les cosmétiques. Mais comptez avant tout sur vous, vous ne trouverez pas tous les produits.

Petit rappel des substances toxiques dans les cosmétiques à fuir

Ayez toujours le détecteur anti-cosmétiques toxiques activé quand vous achetez des produits de beauté ! Préférez donc des produits cosmétiques naturels et bio qui ne contiennent pas de substances nocives pour votre santé et pour l’environnement. Votre corps vous remerciera plus tard !

Recent Posts
0
quand faire un masque pour le visage